On parle souvent d’eux comme étant un peuple « errant ». Leur mobilité est une stratégie vitale pour récolter les ressources sans les épuiser car elle obéit respectueusement au cycle des saisons. La « maîtrise » du territoire par les Maasaï n’est nullement possessif, puisqu’elle est à Enk’Aï, la Déesse-Mère selon leur spiritualité, grâce à laquelle ils sont sur terre.

 

Un peuple en danger :

 

Durant la colonisation britannique les Maasaï, ont été confinés dans une réserve, leur faisant perdre les ¾ de leurs terres. L’indépendance empire leur situation en privatisant le peu de terre qu’il leur restait. De plus, un réseau d’hommes reliés à des clientèles politiques organisent, aujourd’hui encore, un racket foncier, provoquant le dépouillement des Maasaï !

 

Depuis les années 40, les Maasaï se trouvent confrontés à une nouvelle menace qui tend à restreindre une nouvelle fois leurs terres. Une situation due à des politiques drastiques de conservation de la faune sauvage.

 

Grâce à leurs activités purement pastorales et spirituelles, les Maasaï ont pu façonner cette nature dite inviolée et permettre l’épanouissement de cette biodiversité exceptionnelle qui renferme les plus grandes densités et variétés de « wildlife » au monde. Des lieux sacrés extorqués aux Maasaï et donnés en pâture au tourisme de masse.

Image_Texte_Maasais Image_Texte_Maasais
Ecole de la vie - Maasai

Une école des « Mystères de la Vie »

Les pasteurs Maasaï sont méconnus pour leur apport humaniste. Aujourd’hui, les nouvelles générations vont à l’école, ce qui compromet la transmission de leur culture unique et de leur spiritualité. L’idée, à travers cette école informelle est d’organiser des sessions d’initiation à la nature et à sa construction intérieure pour ne pas perdre au fil des générations leurs valeurs ainsi que leur savoir-faire.

Les autres Peuples du Forum :