Les Tapirapé forment une ethnie indienne brésilienne, vivant dans le nord-ouest de l’état du Mato Grosso, qui a survécu à la conquête européenne et à la colonisation du pays. Résidants en profondeur dans la forêt amazonienne, ils ont eu peu de contacts directs avec la « civilisation moderne » jusqu’en 1910.
Ils vivaient de la culture sur brûlis, de l’horticulture, de la chasse et de la pêche.

 

Chez les Tapirapé, la présence de la Takãra, la Maison des Hommes, est une condition nécessaire au maintient de la cohésion sociale. Cette grande maison, de forme traditionnelle, située au centre du village, héberge les esprits invités aux cérémonies. Sans Takãna, pas de célébration de rituel. Elle est donc restaurée tous les ans. C’est dans son intimité que les jeunes garçons apprennent les chants, les arts et les mythes.

 

La Takãra n’est pas seulement destinée à l’enseignement, elle est le lieu où l’on prend les décisions pour organiser les activités quotidiennes et débattre des projets futurs.

Certaines ethnies utilisent des masques pour permettre aux hommes, aux femmes et aux jeunes gens en cours d’initiation d’entrer en contact avec les esprits, les adopter, les alimenter et capter à leur profit une partie de leurs capacités reproductives.

Seules cinq ethnies ont intégré l’usage des masques dont les Tapirapé.

 

En 1965, les Tapirapé étaient concentrés dans de nouveaux villages sur de nouvelles terres, créées par le gouvernement brésilien. Ceci a augmenté le contact avec la « société actuelle » et a favorisé l’influence culturelle. Cependant, de puissantes compagnies foncières revendiquaient également ces terres.

Création du musée Tapirapé

Un projet qui a pris naissance suite à l’adoption en 2003 de la Convention de l’Unesco garantissant la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de toute communauté humaine à travers le monde.

Le Musée se fera en étroite collaboration avec la communauté des Tapirapé qui désire créer un centre de conservation des documents écrits, sonores et visuels en valorisant le patrimoine culturel (ornements, masques, vanneries, objets usuels) et en accueillant les élèves pour leur apprendre les chants, les récits mythiques ainsi que les ateliers d’artisanat.

Un musée qui se trouvera dans le village de Tapi’itãwa, principal village dans lequel se dresse la takarã « la Maison des Hommes ».

Les autres Peuples du Forum :